start2 (0)
100000,100100,100019,
2016-08-16
    
 
 
NOUVEAUTÉS
 
 
MATIÈRES
 
 
CODES
 
 
REVUES
 
 
COLLECTIONS
 
 
NUMÉRIQUE
 
 
 
 
Biens
Construction
Contrats et obligations
Libéralités
Personnes et famille
Protection de la jeunesse
Responsabilité civile et assurances
Testaments et successions
Affaires
Concurrence, consommation, pratiques du commerce
Contrats
Droit financier, bancaire et comptable
Sociétés
Transports
En général
Impôts directs
Impôts indirects
Humanitaire, de la guerre
International pénal
International privé
International public
Relations internationales, diplomatie
Droit d’auteur et médias
Propriété industrielle
Constitutionnel
Contentieux administratif et Conseil d’Etat
Cour constitutionnelle
Enseignement, agents de l’état et parastataux
État, Régions, Communautés, Provinces, Communes
Finances publiques
Marchés publics
Nationalité et étrangers
Police et milice
Pénal social
Sécurité sociale
Travail
Droit & Religion
Sport & droit
Paradigme
 
 

L'action de l'Union européenne en faveur de la jeunesse


Sous la direction de : Philippe Icard
Avec la collaboration de : Juliette Olivier Leprince

Editeur : Bruylant

Cet ouvrage vise à montrer comment l’Union européenne s’intéresse à sa jeunesse et, plus spécifiquement, les cadres dans lesquels elle intervient et les politiques publiques menées.

 
Livre
disponible
70,00 €
 
 
Description
 
 
Sommaire
 
 
Fiche
technique
 
 
Auteurs
 
 
Extraits
 
 
Compléments
 
 
Critiques
 
 
Suggestions
 
 

L’objectif de l’Union européenne, aujourd’hui, ne consiste plus à globaliser son action mais à mener des politiques spécifiques susceptibles d’améliorer la situation. Il s’agit de revisiter les politiques publiques proposées dans le cadre de l’Union européenne, en prenant comme objet spécifique les jeunes en matière de formations, d’accès à l’emploi, d’accès au logement. Toutefois, la compétence en la matière revient, en principe, aux États ; l’Union européenne dispose dans ce domaine d’une compétence d’appui. Elle ne peut qu’accompagner les mesures étatiques.
Pour autant, cette vision serait déformée car, par d’autres biais comme la politique de cohésion économique et sociale, la libre circulation des citoyens, elle influe nécessairement sur les actions susceptibles d’être engagées par les États membres. Dans ce contexte, une approche juridicofinancière peut servir la réflexion en cours. En effet, au-delà d’une étude de la répartition des compétences entre l’UE et les États membres, envisager la place des juges de Luxembourg ou de Strasbourg dans le contentieux concernant, par exemple, la libre circulation des étudiants ou encore l’application de la Charte des droits fondamentaux et de la Convention européenne des droits de l’homme, permet de préciser les champs investis par ce droit. Par ailleurs, l’UE et le Conseil de l’Europe mettent en place des programmes, débloquent des fonds en faveur des jeunes, que ce soit pour favoriser leur mobilité ou permettre leur insertion sociale. Des programmes particuliers sont proposés comme culture, Erasmus +, Jeunesse 2020, le volontaire service long, financés par les fonds structurels.

Certes, ces mesures se concentrent pour l’essentiel sur l’accès au marché du travail, des services, sur l’insertion professionnelle. Pour autant, n’assiste-t-on pas, depuis peu, à de nouveaux questionnements sur la façon de prendre en considération cette jeunesse européenne dans toute sa diversité.

Si l’Europe s’intéresse à sa jeunesse en souffrance car en manque de repères, de perspectives, voire d’idéal, pose-t-elle les bonnes questions et, donc, fournit-elle des réponses judicieuses ? Sa pratique est-elle en concordance avec les valeurs qu’elle véhicule ? N’a-t-elle pas une vision trop utilitariste ? N’assiste-t-on pas à une forme de marchandisation de l’enseignement supérieur ? C’est tout l’enjeu de cet ouvrage ; il permet d’ouvrir un débat, de formuler quelques hypothèses, bref, de participer à la réflexion.

Il s’adresse aux magistrats, aux responsables administratifs ou financiers des collectivités territoriales ou encore d’établissements publics dont l’objet porte pour partie sur la jeunesse, aux membres associatifs ainsi qu’aux universitaires intéressés par le sujet.